Un quadruplé historique !

0

 

Nouveau rendez-vous à Lesparre-Médoc pour la 7e ronde de Nationale 1, avec un match isolé le dimanche face à l’équipe de Poitiers.

Pablo, Milan et moi-même disposons pour l’occasion d’un duo de chauffeurs-relayeurs de luxe, à savoir leurs parents, Betty et Patrice.

Le départ de Clermont-Ferrand est programmé à midi 15 pas tapantes du tout, nos estomacs au sang espagnol tirant un peu la tronche…

Lors d’un huis-clos rythmé par un turn-over pour l’inconfortable place du milieu et illuminé des connaissances de chacun face aux trépidantes questions de Duel Quizz, on apprendra notamment grâce à Pablo que Robespierre chaussait du 39 et avait la phobie des objets tranchants.

Nous sommes ensuite accueillis en fin d’après-midi par nos 2 renforts de choix les, respectivement, GMI et MI roumains, Dorian et Lucian.

robin-side échecs

Spoil : leurs mines sont un indice du résultat futur du match.

Nos hôtes Rike et Jules nous rejoignent, suivis par John et nous sommes enfin au complet !

Nous ne perdons pas de temps et nous échauffons à l’ancienne avec Pablo et les pendules à drapeaux.

remarquez le magnifique échiquier Miss Boll (cliquez sur son nom si vous voulez le vôtre !)

Remarquez le magnifique échiquier Miss Boll (cliquez sur son nom si vous voulez le vôtre !)

Je préfère taire le score de cette confrontation par respect pour mon coéquipier.

C’est au cours du dîner que nous décidons de la compo et établissons nos objectifs pour le lendemain et à l’unanimité, nous en retenons 4 pour un « perfect day » :

-On commence par la finale de l’Open d’Australie le matin et les retrouvailles entre les géants Federer et Nadal, Roger remporte tous les suffrages !

-Vient ensuite notre match par équipe à 14h, on est quand même là pour ça à la base…

-On enchaîne avec un peu de chauvinisme et la finale du championnat du monde de Hand à 17h entre la France et la Norvège.

-Et pour terminer l’élection de Hamon aux primaires de la gauche aux dépens de Valls.

C’est donc pleins d’espoirs que nous allons nous coucher, en plus j’ai chopé le grand lit, premier arrivé, premier servi, sorry John !

 

Roger donne le ton

Au passage nous sommes tous deux nés un 8 août, c’est d’ailleurs l’unique raison pour laquelle je le soutiens. Au terme d’un match épique en 5 sets, le suisse décroche son 18e titre du grand chelem à 35 ans (!) et lance notre dimanche sous les meilleurs « hospices » !

Régalez-vous avec LE point du match, même si vous n’aimez pas le tennis, un petit effort !

 

C’est donc gonflés à bloc que nous nous rendons à la salle de jeu.

Petit check sur les téléphones en attendant nos adversaires. La dernière ronde du prestigieux tournoi hollandais Tata Steel a démarré et le leader Wesley So est déjà gagnant ! On joue pourtant depuis seulement 9 coups et il a les noirs… Le père Noël du jour est russe, s’appelle Nepomniatchi et a le don de faire tilter Magnus Carlsen qui voit ses espoirs de recoller à l’américain coincés dans la cheminée, le numéro 1 mondial devra se contenter de la place de dauphin.

Nos adversaires poitevins arrivent et présentent une belle équipe, très homogène, nous sommes légèrement favoris sur le papier mais la méfiance est de mise, on s’attend à un affrontement serré ! Je fais face à Julien Saada au 3e échiquier, nous avons environ le même classement mais j’ai l’avantage de la couleur. Il s’est préparé sur la caro-kann et après 13 coups « prévus » à la maison, parvient à égaliser avec les noirs, cependant le plan qu’il choisit ensuite n’est pas le plus précis et me permet très vite d’obtenir une position où je peux prendre l’ascendant.

 

 

Les noirs ne peuvent roquer d’aucun des 2 côtés et après 19…Ff6, le puissant coup 20.Cg4 pose déjà des problèmes sur cases noires difficiles à résoudre.

S’en suit cette position où 22.De5 ou 22.h6 sont décisifs, j’ai préféré le premier coup pour empêcher 22…0-0-0, puni par 23.c4 !

 

 

Mon adversaire se retrouve contraint d’abandonner quelques coups plus tard dans la position suivante à cause de Td7+ qui gagne la dame.

 

 

Je suis rapidement rejoint en salle d’analyse par Lucian, victorieux au 2e échiquier avec les noirs et Pablo qui annule là aussi avec les noirs au 4e après une française aussi intéressante que mouvementée contre le Maître International Xavier Bédouin.

Avant d’aller voir où en sont mes coéquipiers, petit passage aux toilettes que je n’avais pas prévu de répertorier, c’était sans compter sur la découverte de cette magnifique affichette :

 

J'aurais bien essayé la numéro 4 mais j'avais pas prévu de tenue de rechange...

J’aurais bien essayé la numéro 4 mais j’avais pas prévu de tenue de rechange…

 

Retour en salle de jeu donc, nous menons déjà 2-0 et Rike qui avait une belle poubelle après l’ouverture, a utilisé sa « magic touch » pour se retrouver avec une position saine, agrémentée d’un pion de + ! Le match semble avoir définitivement tourné en notre faveur, d’autant que Milan est parvenu durant un zeitnot animé à, malicieusement, échanger sa dame contre une tour et 2 fous, de quoi nous apporter le 3e point !

Notre Grand-Maître l’emporte solidement au premier échiquier et Rike assure le gain du match en se contentant de la nulle, John et Jules dans des finales maîtrisées de bout en bout alourdissent ensuite l’addition et portent le score final à 6-0 !

 

Ca fait 3/3 dans les objectifs de la journée car pendant ce temps-là, nos experts ont surclassé la Norvège et apporté à l’équipe de France un nouveau titre de champion du monde de hand ! Note pour le club, installer un écran géant dans la salle d’analyses car l’équipe.fr sur le téléphone, ça a ses limites …

C’est donc l’heure du retour triomphant à la « Villa Armas » pour fêter ça !

Reste plus que la victoire la plus « facile » sur le papier de la journée, celle d’Hamon qui commençait la partie avec une pièce de plus face à Monsieur 49.3, il n’y aura pas de mauvaise surprise et c’est donc un 4/4 magistral qui conclut cette faste journée !

Le champagne est de sortie pardi ! On trinque en conséquence 4 fois et une fois les estomacs conquis, nous nous lançons dans une partie de Perudo, sorte de poker mais avec des dés. Il faut avouer que l’on s’est bien fait raser par l’arbitre du week-end qui s’était joint à nous pour les festivités et avait troqué son costard pour un magnifique t-shirt.

Non, la croûte du Saint-Nectaire ne se mange pas...

Non, la croûte du Saint-Nectaire ne se mange pas…

Le fait est qu’à chaque fois qu’il annonçait quelque chose avec son accent chantant, il avait bel et bien « le jeu pour » et le prof de maths qu’il est, nous a donné une belle leçon : Stratégie<Chance. (Bon perso, j’étais déjà au courant…)

 

banquet

L’équipe au complet !

Vient le temps de la digestion et quoi de mieux qu’un petit ping-pong nocturne pour se dégourdir les jambes ? Bien qu’on ne soit pas passé loin du drame à plusieurs reprises -« Papa Ollier » semblant étrangement attiré par la piscine- tout est bien qui finit bien !

Départ le lundi dès potron-minet, après un petit déjeuner illuminé par des coquetiers d’un autre temps et enrichi par l’apprentissage de la technique allemande de la décapitation de l’oeuf, nous sommes fin prêts à nous remettre en route pour notre Auvergne plus ou moins natale malgré la pluie !